Commandé par le Club de Rome (un think tank d’industriels, de scientifiques, de hauts fonctionnaires internationaux), en 1972 le rapport Meadow donne une base scientifique aux inquiétudes liées à l’évolution incontrôlée de cinq paramètres déterminants pour l’avenir de l’humanité : l’accélération de l’industrialisation, la croissance de la population, l’extension de la malnutrition, la réduction des ressources non renouvelables et la détérioration de l’environnement.

Dans son scénario le plus « optimiste » supposant des ressources illimitées, un contrôle de la pollution, une croissance de la production alimentaire et un contrôle des naissances, la croissance incessante de la production et de la consommation se heurtera avant 2100 à trois crises simultanées : surexploitation des sols entraînant érosion et baisse de la production alimentaire, surexploitation des ressources par une population mondiale à haute consommation, explosion de la pollution entraînant une hausse de la mortalité : nous y sommes ….

Dans le passé, écrivent les auteurs du rapport, « l’idée que l’on pouvait repousser les limites au lieu de vivre avec a été confortée par l’apparente immensité de la Terre et de ses ressources et par la relative petitesse de l’homme et ses activités. « 

Et ils ajoutent : « la confiance dans la technologie comme solution ultime à tous les problèmes détourne notre attention du problème le plus fondamental – celui de la croissance dans un système fini – et nous empêche d’entreprendre des actions effectives pour le résoudre. Il faudra alors réagir dans l’urgence, et ce sera beaucoup plus douloureux que si la société avait fait elle-même ses choix »…..