📗Climat, le coût de l’inaction : ne pas respecter l’Accord de Paris pourrait coûter 600 000 milliards de dollars

Des chercheurs se sont penchés sur le coût de l’inaction climatique. Le non-respect de l’Accord de Paris, qui vise un réchauffement limité à 2°C voire 1,5°C d’ici la fin du siècle, pourrait coûter jusqu’à 600 000 milliards de dollars.
À contrario, l’économie mondiale pourrait voir des gains de 336 000 à 422 000 milliards en respectant les objectifs de 2°C ou 1,5°C respectivement.

🔴🏭LE TRANSPORT FLUVIAL :UN LEVIER INDISPENSABLEÀ LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

PAR SON EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE D’ORES ET DÉJÀ INFÉRIEURE À CELLE DES AUTRES MODES DE TRANSPORT, LE TRANSPORT FLUVIAL APPARAÎT COMME L’UN DES LEVIERS À RENFORCER POUR PARTICIPER À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE. SI LES PLUS GRANDS NAVIRES FLUVIAUX PEUVENT TRANSPORTER L’ÉQUIVALENT DE PLUS D’UNE CENTAINE DE CAMIONS, DES INVESTISSEMENTS CONSÉQUENTS RESTENT Lire la suite…

🔴🏭 Sortie des Energies fossiles en Ile de France

Dans un contexte de crise économique, consécutive à la crise sanitaire que nous traversons, le pétrole est en train de subir une chute des cours du brut.
La conséquence pourrait être un fort recours aux énergies fossiles lors de la reprise et ainsi une mise à mal des efforts de transition énergétique réalisés en vue de l’atteinte des objectifs de neutralité carbone.
Si s’affranchir complètement des énergies fossiles paraît encore aujourd’hui un objectif lointain, comment mieux comprendre notre dépendance et mieux activer les leviers permettant de la réduire?

🔴📚Le développement de filières locales est-il gage d’une écologisation des pratiques agricoles ?

Selon la littérature sur les circuits courts, la relation directe entre consommateurs et producteurs enclenche un cercle vertueux de confiance partagée. Qu’advient-il lorsque la relation n’est plus directe mais médiée par un petit nombre d’intermédiaires dans des filières qui revendiquent une dimension locale ?

L’analyse de la mise en place de deux filières de la région Auvergne-Rhône-Alpes, soja local et steaks hachés, nous permet de saisir les processus socio-techniques fins d’écologisation des pratiques agricoles. La construction de ces filières locales, dans leur phase d’émergence, n’entraine pas d’écologisation des pratiques mais valorise des pratiques jugées plus écologiques.

En l’absence des consommateurs dans la gouvernance de ces filières, les objets techniques mobilisés ou la gouvernance mise en place ont la capacité de réinterroger les pratiques des agriculteurs et invitent à placer la focale sur les apprentissages dans le temps long.