📗📗Futurs énergétique 2050 : Principaux résultats du scénario RTE

Il n’existe plus aucun doute scientifique sur
l’urgence à agir. Le récent rapport du GIEC,
publié en août 2021, a rappelé s’il en était encore
besoin l’importance de réduire très rapidement
les émissions de gaz à effet de serre pour limi-
ter les effets potentiellement catastrophiques du
changement climatique. La prochaine COP, organi-
sée à Glasgow à partir de novembre 2021, doit en
prendre acte et conduire à des nouveaux engage-
ments chiffrés, pour la décennie qui vient.
La transformation nécessaire pour sortir des éner-
gies fossiles doit être menée à bien en seulement
trois décennies et accélérer de manière substan-
tielle d’ici 2030.

🏭ECONOMIE DU CLIMAT EN CHIFFRES

Retrouvez sur une seule page web et en infographies les chiffres clés sélectionnés par I4CE, qui permettent de suivre les tendances de l’économie du climat en France sur la dernière décennie …..

📗 4 pour 1000 une priorité : Les sols agricoles pour la sécurité alimentaire et le climat !

L’initiative internationale « 4 pour 1000 », lancée par la France le 1er décembre 2015 lors de la COP 21, consiste à fédérer tous les acteurs volontaires du public et du privé (États, collectivités, entreprises, organisations professionnelles, ONG, établissements de la recherche,…) dans le cadre du Plan d’action Lima-Paris.L’initiative vise à montrer que l’agriculture, et en particulier les sols agricoles, peuvent jouer un rôle crucial pour la sécurité alimentaire et le changement climatique.

📗Climat, le coût de l’inaction : ne pas respecter l’Accord de Paris pourrait coûter 600 000 milliards de dollars

Des chercheurs se sont penchés sur le coût de l’inaction climatique. Le non-respect de l’Accord de Paris, qui vise un réchauffement limité à 2°C voire 1,5°C d’ici la fin du siècle, pourrait coûter jusqu’à 600 000 milliards de dollars.
À contrario, l’économie mondiale pourrait voir des gains de 336 000 à 422 000 milliards en respectant les objectifs de 2°C ou 1,5°C respectivement.